48 ans… drôle d’âge

Quand c’est ton anniversaire et que tu as une blonde, elle se fait souvent un devoir de le rappeler à tes chums et d’organiser un petit quelque chose. Mais quand tu es célibataire, faut que tu trouves une façon plus subtile de le faire avec des phrases comme : « Ouin, une année de plus bientôt. » Heureusement, de nos jours, il y a Facebook qui le rappelle à tes amis… et même aux gens à qui tu ne parles jamais.

Pour ma part, j’ai décidé de laisser tomber la subtilité et d’y aller en grand en l’annonçant dans Le Journal. Pas de niaisage, je le dis et je l’assume : j’ai 48 ans aujourd’hui.

Inutile de culpabiliser si vous avez oublié de m’acheter un cadeau, je les accepte encore pour quelques semaines. En fait, je les accepte pas mal à longueur d’année. C’est mon côté bébé que j’aime bien cultiver.

Jeune de cœur

Si vous ne savez pas quoi m’acheter, c’est pas compliqué : des jouets ou des jeux vidéo ou un t-shirt d’une équipe sportive, c’est parfait. En d’autres mots, rien d’adulte.

D’ailleurs, j’ai toujours dit que la pire affaire à recevoir comme cadeau, c’est quelque chose de pratique. Si tu m’achètes quelque chose d’utile, ça se peut que je casse en tant qu’ami.

– Quand j’étais chez vous l’autre jour, j’ai remarqué que t’avais pas ça.

– Ah, c’est très gentil, mais si je l’ai pas chez nous, c’est peut-être que j’en veux pas. Donc, ramène-moi ça au magasin et bon magasinage chez Toys’R’us.

C’est un drôle d’âge, 48 ans. Ce qui me rassure, c’est que mon cœur d’enfant bat encore très fort, même si je suis devenu plus mature sur bien des choses. J’avoue que je trouve ça assez intéressant comme sentiment. D’ailleurs, lorsque je sens cette maturité se manifester, je me surprends encore à me dire : « Ah, c’est ça réfléchir avant d’agir… j’aime ça ! »

La seule chose que je trouve difficile à gérer, c’est cette impression d’entre-deux âges qui vient avec la quarantaine. T’es pas vieux, mais t’es pas jeune non plus. Bon, j’entends déjà les gens de 40 et 50 ans grogner. OK, oui, t’es encore jeune, mais pas « jeune, jeune ». Ça vous va mieux comme explication ?

T’as encore plein de temps pour faire les choses auxquelles tu rêves depuis longtemps, mais tu réalises aussi que tu dois en rayer quelques-unes de ta liste. Dans ta tête, t’as encore 25 ans, mais lorsque tu parles à quelqu’un qui a cet âge-là, tu te rends compte que non. Tu te dis que tu ne retournerais pas en arrière, mais l’insouciance de la vingtaine te manque.

Les chansons que tu écoutais à l’époque sont maintenant considérées comme des classiques, mais quand tu vois un ado avec un t-shirt de Nirvana, ça te rassure.

Enfin le bonheur

De mon côté, j’ai envie de profiter de chaque moment qu’il me reste dans cette décennie qui commence par 4. J’adore tout ce qu’elle m’a apporté. Je me souviens encore très bien de la journée où j’ai eu 40 ans. C’est comme si, tout d’un coup, tout était devenu calme. Le bruit de tempête qui grondait depuis longtemps dans ma tête sonne maintenant comme un petit vent doux.

On dirait que chaque année qui s’ajoute au compteur devient comme un diplôme soulignant les grandes leçons de vie apprises au cours de l’année.

J’ai passé ma vingtaine à être en tab % $#@ ! et ma trentaine à être gelé, mais heureusement, dans ma quarantaine, j’ai simplement été heureux. Ça, c’est un cadeau qui n’a pas de prix. Cela dit, ne vous méprenez pas, je veux quand même des jouets pour ma fête.