Souper de couples

Je suis allé souper chez des amis récemment avec une «amie santé». C’est ma nouvelle expression pour parler d’une amie «avec bénéfices». Même si j’ai expliqué que ce n’était rien de sérieux pour l’instant, ma gang était curieuse de voir avec qui je passe mes temps libres.

J’en profite pour souligner que les relations qui font du bien, où l’affection, les discussions et, évidemment, les plaisirs de la vie sont au rendez-vous, sont de plus en plus à la mode. Et là, je ne parle pas d’un one-night où tout ce que je viens de vous résumer dure environ 1h30 incluant le sexe.

Je parle de relations où tu peux vivre tout ça en profondeur pendant un week-end dans une auberge, genre, et ensuite, on affronte notre semaine chacun de notre bord. Le respect est là, la complicité aussi, et tu profites pleinement de l’instant présent avant de repartir faire tes petites affaires, bien tranquille dans ta bulle.

Métro-boulot-dodo

On a tous des horaires de fous. Je sais qu’on est plusieurs à vouloir une relation sérieuse, mais à manquer de temps. On veut mettre la priorité sur notre carrière ou sur différents aspects de notre vie, mais il reste qu’on a tous des besoins. Et, non, je ne parle pas juste de sexe, mais aussi de besoins affectifs.

Utopique mon affaire? Du tout. On est de plus en plus de gens à être tannés des one-night qui te laissent vide de l’intérieur, à vouloir les avantages d’une relation, sans l’engagement. Tadam! Les relations modernes.

Bon, là je vous entends déjà dire: «Oui, mais quand tu rencontres le bon ou la bonne, tu trouves le temps». Je suis plus ou moins d’accord. Des fois, l’amour se présente à un moment dans ta vie où ta carrière et tout ce que tu as construit te demandent énormément de temps. Tu as beau essayer de faire de la place pour l’autre, ça devient juste trop difficile de jongler avec tout ça.

Si tu négliges ta carrière, ton estime de toi en prend un coup et si tu te concentres seulement sur ton travail, l’autre se sent négligé. C’est quoi la solution?

L’amour moderne

De mon côté, j’aime mieux être seul que de rendre quelqu’un d’autre malheureux. C’est ma façon de penser. Mais, détrompez-vous, je ne suis pas un de ces célibataires qui veulent baiser tout ce qui bouge… du moins, je ne le suis plus! J’ai juste trouvé cette nouvelle façon de faire les choses qui compte de plus en plus d’adeptes.

Tant mieux si vous avez trouvé l’amour de votre vie et que vous avez réussi à tout balancer: amour-famille-travail, mais j’espère que vous réalisez que vous faites partie d’une minorité.

On connaît tous des gens qui restent en couple même s’ils sont malheureux, juste parce qu’ils ont peur d’être seuls. On a tous des gens, dans notre entourage, qui restent ensemble pour les mauvaises raisons. J’ai déjà entendu quelqu’un dire: «On voudrait se séparer, mais on est trop dans le rush pour vendre la maison, donc on s’endure en attendant». Pas sûr que c’est une bonne histoire pour un nouveau chick flick.

Et je le répète, je ne suis pas un pessimiste. Je crois encore à l’amour. Mais en attendant de le trouver, les relations modernes font une sacrée bonne job.