Ces apparences qui trompent

Je suis allé voir le show du Cirque du Soleil cet été avec une amie. Après le spectacle, nous étions dans le stationnement à attendre que le trafic passe quand un itinérant c’est dirigé vers moi. Comme d’habitude et comme on se le dit tous: « Bon, encore me faire quêter de l’argent ».

À ma grande surprise, il m’a dit: « Je voulais juste prendre 2 secondes de ton temps pour te dire que j’adore ce que tu fais ». Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive que d’avoir un itinérant qui me reconnais et à chaque fois, ma première réaction est toujours: où est-ce qu’il a bien pu me voir… et c’est là que je réalise à quel point je peux vraiment être innocent par moment.

Pourquoi est-ce que j’assume que parce qu’il vit dans la rue, qu’il est complètement déconnecté de la société? Que je présume que c’est juste un drogué ou un fucké qui flotte d’un coin de rue à l’autre. Je m’en veux à chaque fois de sauter à ces conclusions aussi facilement.

Cette rencontre ce soir là ne pouvait mieux tomber. Je venais de vivre un des plus bel été de ma vie. Du Festival Juste Pour Rire à mon remplacement sur le show du weekend à V, j’ai même eu la chance de faire ma groupie et de m’entrainer quelques fois avec des joueurs de la LNH… vraiment, un été parfait.

Mais ce que ma rencontre avec cet homme m’a apporté, ce n’est pas autant d’apprécier ce qui m’arrive en me comparant à ce que lui n’a pas… du tout. Ça m’a juste fait réaliser que c’est bien beau profiter des bonnes choses qui t’arrivent pour avoir un sourire niaiseux au visage mais c’est encore plus important de comprendre l’essence du pourquoi elles t’arrivent.

On a souvent tendance à regarder ces belles choses qu’en surface. Tu regardes ton compte de banque et le chiffre te rassure que tout va bien. Ta blonde ou ton chum sourit, tant mieux ils sont heureux. Tu regardes tout ce que tu as dans la maison et réalises que tu as pas mal tout pour être bien… mais est-ce que tu t’es déjà arrêté pour apprécie comment tu t’y est prit pour avoir tout ça? Qu’est-ce que tu as fait de bon et de correcte pour y arrivé? La vraie valorisation réside dans le parcours, non? Et pourtant c’est celle qu’on néglige.

Pendant les quelques minutes où j’ai jasé avec mon nouvel ami, je me suis rendu compte que malgré sa situation, je ne parlais pas à quelqu’un de malheureux. Je ne parlais surtout pas à un homme frustré contre la vie pour ce qu’il vivait.

Ce qui m’a fasciné, c’est qu’il était lucide et très conscient de toutes les étapes qu’il a vécu. Pour lui, de comprendre le pourquoi des choses, non seulement ça le rassurait par rapport à où il était rendu dans la vie mais ça lui apportait aussi la confiance nécessaire pour s’en sortir.

Avant de partir, il m’a dit: « Je sais que ça va te paraitre bizarre mais est-ce que je peux te serrer dans mes bras avant de partir? C’est ma façon de te remercier pour les fois que tu me fais rire ». Comment ne peux-tu par répondre oui à ça?

L’accolade a duré quelques secondes mais assez longtemps pour que je me pose la question de qui vient de faire du bien à qui? Je vous confirme que cette rencontre m’est resté en tête pendant les jours qui ont suivi. Tu te dis que si cet homme reste souriant, il n’y a vraiment aucune raison que toi tu ne le sois pas. Mais encore plus génial, il m’a fait comprendre pourquoi je souris…