Dès qu’on parle de Dieu ou de religion…

Dès qu’on parle de Dieu ou de religion, ça part toujours des discussions… alors amusons-nous un peu ce matin…
En fait, c’et pas compliqué, la société est divisée en trois: Ceux qui croient en Dieu, ceux qui n’y croient pas… et ceux qui y croient juste en cas.

En même temps, il y a des moments dans la vie où on devient tous croyant. Quand on traverse une zone de turbulences en avion, on s’entend que le bluetooth de Dieu doit sonner!

Assez hypocrite de notre part quand tu y penses.
On lui parle juste quand ça va mal ou quand on a besoin d’aide et après ça on a le culot de chialer que nos enfants nous appellent juste quand y ont besoin de cash et dire qu’ils sont ingrats… j’adore!

Au risque d’en surprendre plusieurs, moi j’y crois et aucun rapport avec le classique de l’alcoolique qui se reprend en main et qui découvre les bienfaits de Dieu… j’y croyais bien avant.

Croire à Dieu ne veut pas dire que t’es forcément religieux.
Au contraire, je pense que la personne qui déteste le plus la religion c’est Dieu… sérieux, y en a rien à foutre.
Que tu manges du poisson le vendredi, ou du bacon pas béni, il s’en sacre totalement. Même chose pour la direction dans laquelle tu pries.
Dieu est partout, on peut prier partout!
Si ton I Phone 6 pogne à travers la planète, pas mal sûr que l’antenne de Dieu aussi.

Je crois en Dieu l’entité mais pas le personnage de la Bible.
J’aime bien l’image du personnage barbu qui se promène en toge avec des gougounes en rotin. Mais si cette version de Dieu existe vraiment, j’espère que l’image a évolué et qu’il a remplacer les gougounnes par des CROCS!

Un des problèmes qu’on a depuis des siècles, c’est qu’on a toujours voulu séparer science et religion… et dans le fond, c’est peut-être là la solution. On a toujours imaginé Dieu habillé en toge mais peut-être que ce qu’il porte, c’est un sarrau. Vous pensez pas qu’il y ait plus de chance que l’homme qui a créé l’Univers ressemble plus à Einstein qu’à un gars qui joue du tam-tam sur le Mont-Royal le dimanche après-midi? Mais ça c’est juste une hypothèse de ma part.

Mais comme je disais plus haut, moi aussi j’ai souvent appelé le bonhomme quand ça allait mal et je l’ai même déjà engueuler pour tout ce qui m’arrivait. Un jour, pendant que je jouais à l’éternel victime de vie, une de mes amies qui n’a vraiment pas peur de me dire mes quatre vérités, m’a fait remarqué à quel point j’était aussi ingrat qu’un enfant qui appelait juste quand y avait besoin de quelque chose et que je prenais jamais le temps de dire merci.

Bon point!
Et depuis que j’ai essayé d’appliquer ses conseils, qu’il soit imaginaire ou pas, qu’il soit en gougounes ou dans un laboratoire… on dirait que j’ai plus de fun avec le bonhomme.